Fédération de l'Ordre de l'Aigle


 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Loisir divers

Aller en bas 
AuteurMessage
Adrien
Maistre Commandeur
Maistre Commandeur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 418
Age : 29
Localisation : Lausanne
Emploi/loisirs : Commandeur des Aigles
Date d'inscription : 05/07/2008

Feuille de personnage
Force:
214/255  (214/255)
Intelligence:
56/255  (56/255)
Charisme:
42/255  (42/255)

MessageSujet: Loisir divers   Lun 23 Fév - 1:27

LES VETEMENTS

mixte
hommes
femmes
autres

Bliaut : Longue tunique de dessus portée par les hommes et les femmes. Celui des femmes avait des manches longues et traînantes et était serré au niveau du buste. Il était souvent richement décoré.
Blanchet : Costume long porté par les femmes, pouvant servir de robe de chambre, parfois doublé et fourré. (Plutôt une sorte de culotte)
Bannolier : Ceinture large large placée sous les seins.
Baignoire : Sorte de peignoir et de robe de chambre
Braies : Pantalon ample porté par les hommes.
Brasserole ou Brassière : Sorte de camisole portée en vêtement de dessus par les femmes en couches et les enfants, qui pouvait être sans manches, fourrée ou piquée.
Brogues : Gros souliers attachés par des courroies portés, en particuliers par les montagnards écossais
Brodequins : Fortes chaussures, à tige montant au dessus de la cheville.
Cambals : Jambières de cavalier
Camisole : Veste légère en lingerie portée par les femmes.
Casaque : Veste de femme recouvrant la jupe jusqu'aux hanches.
Chape ou Balandras : sorte de manteau de pluie
Chausses : Vêtement couvrant les deux jambes.
Chaussemante : Grande pèlerine
Cotte : tunique portée entre la chemise et le surcot. Elle fut remplacée par le corset, constitué de manches courtes qui laissaient passer la chemise. Ouvert par une fente lacée, il était habituellement porté sous la robe, mais pouvait la remplacer.
Cotardie : Costume long porté par les femmes avec le col pour seule ouverture et aux manches larges, dont on relevait le bas pour marcher. Il pouvait être maintenu grâce à une graphe nommée "troussoir".
Doublet : Vêtement de dessous porté par dessus la chemise par les hommes comme les femmes. Il était fabriqué avec une double toile de futaine ou de linon et de la longueur approximative d'une camisole. Il était appelé "doublet à vestir".
Escafignons :Chaussures légères dont l'usage se développa au XV et XVI ème siècles
Estiveaux : Bottes d'été
Flassarde : couverture
Flotternel : sorte de pourpoint, de casaque.

Gonne : sorte de robe
Gorgerette ou Touret de Col : Définit tout accessoire couvrant le cou et la gorge, fait de soie, de laine ou de fourrure. Il pouvait être plus ou moins décoré.
Garnache : Sorte de chasuble à fentes latérales
Gorgias : Gaze qui recouvrait le décolleté profond des robes.
Gorgière : sorte de fichu (dont les pans étaient ramenés devant la poitrine, d'où son nom)

Panufles : Haillons
Peliçon : Vêtement de fourrure porté entre la chemise et la cotte.
Poulaines : chaussures à longues pointes relevées.
Sarrau : Ample blouse de travail.

Housseaux : botines de cuir, portées indifféremment par les hommes et les femmes.
Houppelande : Manteau ample et long, sans manches (rien a voir avec la robe pour femmes des RR . La houppelande féminine était longue et fermée sur le devant, elle pouvait comporter une traîne.
Pourpoint : Vêtement masculin allant du cou à la ceinture.
Surcot : Robe de dessus portée par les deux sexes. Le corsage était fendu et largement échancré des hanches aux emmanchures, il laissait apercevoir la cotte. Le devant formait une espèce de gilet recouvert d'hermine, tout comme l'était la bordure des emmanchures.

LES COIFFES
Atour de tête : Nom donné aux coiffes volumineuses des femmes de la fin du 14ème au derniers tiers du 15ème siècle.
Aumusse : Coiffure en forme de capuchon long et doublée de fourrure destinée aux femmes comme aux hommes. Plus tard, ce couvre-chef sera réservé aux ecclésiastiques.
Barbette : Voile fixé soit au dessus des oreilles, soit aux cheveux, soit au chapeau, il cachait le menton et le cou. La barbette et le couvre-chef forment ensemble la guimpe, qui était portée par les femmes d'âge mur et les veuves. Une variante de la barbette, qui recouvrait le front et le menton, était surtout portée en France et en Bourgogne par les femmes en deuil.
Barette : Coiffe souvent confondue avec l'aumusse, qui servait aussi bien aux hommes qu'aux femmes, et qui était un capuchon plat tombant sur les épaules.
Coiffures à cornes : Ce sont les coiffures féminines de la fin du 14ème siècle au début du 15 ème. Parmi elles se trouvent l'escoffion, qui pouvait être avec ou sans cornes.
Cornette : Coiffe de certaines religieuses.
Fronteau : Bandeau d'or ou de soie utilisé comme coiffe par les femmes, aussi appelé chapel d'orfèvrerie.
Galeron : chapeau de fauconnier à bord relevés et à longue visière
Guimpe : Pièce de toile encadrant le visage et les épaules.
Hennin : Apparaît vers 1430, pouvait atteindre un mètre de hauteur. Réalisé en papier rigide ou en toile empesée, il était recouvert de soie ou d'une autre étoffe précieuse. Un voile transparent pouvait le recouvrir et tomber jusqu'au sol. Ce voile pouvait aussi être fixé sur la pointe du hennin. Les cheveux qui dépassaient de la coiffure étaient rasés, sauf un petit triangle au milieu du front.
Huve : Coiffure en forme de cornette évasée en auvent. Elle était maintenue de chaque côté de la tête par de longues épingles. Les pans retombaient sur le cou.
Résille : Filet à larges mailles qui retient la chevelure des dames.
Templette ou Templière : Décoration faite en métal sur laquelle s'enroulaient les tresses de la chevelure placée au desus des oreilles.
Touret : Voile qui recouvre le front.
Tressoir : Coiffe constituée d'une tresse d'or ou de soie ornée d'orfèvrerie.
Truffe ou Truffeau : Bourrelets de cheveux postiches qui constituaient les hautes coiffures de la fin du 14ème siècle et du 15ème siècle.

LES TISSUS
Auversins : draps non lainés ou draps blancs de cette espèce
Bordat : gros tissus d'ameublement
Brunette : Tissu de laine de grande qualité et de couleur foncée.
Brussequin : drap de bonne qualité
Bure ou Burel : Tissu de bas de gamme, portée par les moines.
Camelin : Tissu de laine de qualité moyenne.
Camelot : Tissu fabriqué avec du poil de chameau originaire d'Asie Mineure. Il fut importé en occident dès le 13ème siècle grâce aux Italiens et aux Français.
Camocas : Riche tissu de soie souvent agrémenté de rayures d'or ou d'argent fabriqué en Terre Sainte.
Cannetille : fils d'or ou d'argent servant à la broderie.
Cariset : grosse serge d'origine flamande
Cendal : Tissu de soie très utilisé au Moyen Age, il ressemblait au taffetas. Il en existait de toutes sortes, allant de l'étoffe de luxe jusqu'au tissu de doublure le plus ordinaire qui soit.
Couvrechef : à l'époque, sorte de mousseline
Dabiky : Tissu très léger fabriqué dans les faubourgs de Damiette. Il en était fait des turbans brodés et des robes.
Ecarlate : Drap de laine de très grande qualité teinté avec la graine de kermès.
Futaine : Tissu très courant en France dès le milieu du 13ème siècle. Il s'agit d'un tissu de coton ou d'un mélange de coton et de chanvre ou de lin. Il était fabriqué à l'origine à Fustat, faubourg du Caire, d'où son nom. Cette étoffe était utilisée pour faire des vêtements de dessous ainsi que des doublures.
Letice : Fourrure blanche moins chère que l'hermine. Elle était cependant très utilisée dans les milieux aristocratiques.
Mollequin : mousseline de coton
Sanguine : Tissu de qualité (celle de Louvain était réputée)
Tiretaine : Tissu de laine de qualité moyenne.
Vair : Fourrure de l'écureuil du Nord, une fourrure couramment utilisée durant tout le Moyen Age.
Divers liés aux atours_
Dessafubler : se déshabiller (le verbe existe toujours mais considéré comme proche de l'argot)
Acesmé(e) : bien vétu(e), paré(e)
Frisqueté : élégance

CHÂTEAU :

Baloir (ventiler) : Voltiger, bouger dans le vent
Bobant (grand) : Pompe (grande), cérémonial
Bove : cave
Breniers et cormiers : valets s'occupant d'une meute
Chevaleresse : épouse d'un chevalier
Chevance : propriété
Cortil : jardin, idem ouche
Dapifer : mot ancien issus du latin voulant dire représentant du seigneur, son sénéchal comme son régisseur. de fait son second à la guerre comme dans sa mesnie
Estoc (en avoir ou pas) : Race, noblesse
Hoir : héritier
Loudiers : paysans
La Mesnie : ensemble des personnels d'un château y compris les seigneurs et leurs familles
Meschin(e) : domestique (ce qui en argot donna machin et machine quand on parle de quelqu'un ou a quelqu'un dont on ignore le nom et que l'on juge très en dessous de sa condition « Hé Machin(e) »
Postil : porte dans une enceinte, également pour l'enceinte d'une citée
Pas de souris : petit escalier dérobé
Sarrasine : la herse
Solier : mot normand pour le grenier
Soudoyer : homme d'armes touchant une soudée (solde)
Tinel : Grande pièce dans laquelle le seigneurs recevait
Regard : un guetteur, on disait également Végile (d'ou vigile)

BANDITS ET TOUT CE QUI TOURNE AUTOUR DU MAL

Aloer : compromettre
Amise : mauvaise action
Arser : brûler, Brouir pour un humain.
Ayr : colère se dit aussi Hire (d'où La Hire, surnom d'Arnault de Vignoles, compagnon de Jeanne d'Arc, dont le surnom fut donné au valet de carreau des jeu de carte)
Bélial : le diable (l'un de ses noms)
Bretonner : la réputation des bretons se battants avec les anglais ou avec, par exemple Du Gesclin (un chef de routier ni plus ni moins et l'un des pires mais qui a réussit) était telle que l'on employait ce mot pour signifier tout à la fois tuer, brûler, violer, piller etc. Buquer : frapper
Burgibus : gardien des portes de l'enfer
Cagne : littéralement chienne, personne méprisable
Capiteux : obstiné (d'où un vin capiteux, qui entête)
Cautelle : ruse (le mot existe toujours une personne cauteleuse)
Cuidadon : anxiété, inquiétude
Cravanter : écraser
Dévier : mourir
Desrier : moquer
Dervreries : diableries (également Marmouserie)
Desrayer : indomptable, ingouvernable (se dit d'une personne, d'un cheval, d'un bateau)
Efoudre : tempête, ouragan
Enchifrené : Asservi, accablé
Enfelonner : irriter
Enherber : empoisonner avec des herbes
Estocadeurs : mendiants (car ils vous estoquaient quand vous vous approchiez pour leurs faire la charité)
Fallaces : fourberies
Ferrir : blesser (toucher par le fer)
Fredain : scélérat
Fumeux : violents
Godailler : personne débauchée se soûlant à la bière, déformation du mot anglais GOOD ALE (bonne bière)
Goffe : bossu, mal fait
Guépin (un) : qui a la méchanceté de la guêpe
Herlos : maraud
Herpaille : horde de mauvaises gens
Incaguer : couvrir d'excréments (le verbe Caguer existe toujours mais il est considéré comme grossier, alors que c'est du vieux français)
Jouée (une) : une gifle
Jupper : crier
Linfars : mauvaises gens
Mat (être) : être mort (d''où échec et mat)
Meshaigner (par-honnir): : maltraiter
Molester : Injurier dans son ancienne acception
Momer (se) : se déguiser
Morille : la peste
Muisteur : de tempérament froid
Penance : pénitence
Posnée : orgueil
Pouties : ordures
Ramposner : défier
Rober, roberie: voler , vol (il me semble que ce terme existe toujours en anglais)
Riote : querelle
Seigneurier : traiter quelqu'un avec mépris
tençon : querelle (d'où tançer qq'1 le réprimander, au sens actuel du verbe)
Treu (souvent le grand treu) : ravage, désastre
Vergogne(eux, euse) : honte (eux, euse)
Vituler : ramper

COMBAT ET CE QUI TOURNE AUTOUR
Adurer : Endurcir à la fatigue
Archegaie : javelot ainsi que toutes les armes de lancé de ce type
Appertise : Exploit, prouesse
Béhaouder : Combattre avec un bâton
Berser : Tirer à l'arc (le bersail, lieu sur lequel on tire)
Bornoyer : Fermer un oeil pour viser (littéralement faire le borgne)
Clam : crie de guerre (de clameur)
Clibanion : défense ancienne constituée d'une cotte à armer formée d'écailles de métal rivées sur une jaque de toile.
Clinques : bandes de fer croisés rajoutées sur le caxque pour le renforcer
Clouères (à haute ) : se dit d'une cote dont les anneaux étaient assemblés par rivet à haute tête ronde ou « grain d'orge » garantie de grande solidité. La ville de Chambly s'y est faites une grande réputation, ses cotes étant particulièrement prisées.
Contrester : résister, s'oppose, d'où notre actuel contester.
Dondaine : Forme d'un des carreaux d'arbalète au fut plus épais en son centre et empenné de cuir (d'où la chanson « la ferrie dondon, la ferrie dondaine, soit le fer du carreau a touché, blessé)
Embler (s'): s'enfuir
Empainte : Attaque
Enfardeler : mettre en fardelle (paquets) se dit d'une armure pour le transport dans des sorte de bouges (sorte de valises)
Estrémir : Jouer de l'épée
Falarique : épieux garnis d'étoupe enflammée
Faire visage : faire face
Forhuer : sonner du cor, s'emploie encore en vénerie.
Flote (une) : troupe on disait également une brousse
Fresnine (lance) : lance de frène
Gauchir : Esquiver
Hourder : Escorter
Hodé (être) : fatigué
Lance : compagnie dont le nombre et l'équipement variait selon la fortune du seigneur qui l'entretenait
Recueillette (se mettre à) : à l'abri
Restreindre ses plates : Mettre une armure
Rocher : Pointe terminale de la lance courtoise de joute munie, pour le royaume de France au moins, 3 tétons, évitant ainsi de pénétrer dans l'écu et la cuirasse de l'adversaire.
Tanisson : fatigue, être tanné, (le verbe existe toujours, mais évidemment il est considéré comme vulgaire, alors que c'est du vieux français)
Trépignis : mêlée générale dans un tournois ou un pas d'armes (d'où trépigner)
Vasselage : bravoure
Ventaille : Visière du heaume
Verrou ou Verrouil (porter une arme en) : Porter une arme à l'horizontale derrière le dos, comme un verrou

EQUITATION
Acouer : attacher les chevaux à la queue leuleu
Ancoeur : Nom vulgaire donnés aux tumeurs siégeant sur le poitrail des chevaux.
Baussant ou Baucent : se dit d'un cheval blanc et noir (mais aussi d'une étoffe, l'étendart des templiers, mi-partie d'argent et de sable (blanc et noir) était surnommé Baussant ou Baucent)
Bleime : Meurtrissure, contusion de la face plantaire du cheval dont le fer est mal ajusté
Breher : enfoncer des clous dans la corne du sabot
Cévade : ancien nom de l'avoine
Chaff : Mot d'origine anglaise, mélange de paille et de foin hachés et mélangés ensemble
Ferran : couleur d'un cheval dont la robe est gris cendré
Goujats : Valet d'écurie (homme particulièrement fruste et sans éducation, d'où le sens actuel)
Liard : se dit d'un cheval dont la robe est gris pommelé
Locher : Branler pour un fer à cheval
Lormerie : Ouvrage destiné au harnais du cheval, selle mors, etc.
Maréchaussie : Écurie
Miroute : se dit d'un cheval dont la robe noire ou baie est marquée de taches claires
Vorans : nom populaire Limnatis Linotica (je sais ...j'ai pris deux aspirines) ou sangsue du cheval

FAMILLE
Ancesseurs : ancètres
Nieps : Neuveu
Serouge : Beau-frère

FETES, JEUX, AMUSEMENT ETC.
Conjouir: recevoir, accueillir
Déduit : jeu, amusement
Délits (le) : délice
Emboiser : séduire par des cajoleries
Esbanoïer : égayer, divertir
Gerdonner : récompenser
Jengles : plaisanteries, moqueries (autre mots synonymes : gabois gailles)
Losengier : flatter
Mièvre : espiègle ( et oui le sens varie avec le temps)
Solas : plaisir
Vuiseuse (chose) : Frivole, futile, à la limite vicieuse

[/size]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Loisir divers
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Divers emploi du mot "Loup"
» [Divers] Retrouver des vidéos supprimées de Youtube
» [Plugins] Wizz.cc : Tous les Horoscopes + Actualités + Flux Divers - 30 nouveautés !
» Pas vraiment une aventure, juste un petit fait divers.....
» Problèmes divers sur le forum

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fédération de l'Ordre de l'Aigle :: Bâtiments des Aigles :: Livres d'instructions-
Sauter vers: